Logo EstimArt

Photos Oeuvre Estimation de départ Offre d'achat

 

 

 

Larivière Charles-Philippe (d’après Reynolds J.), circa 1836 Louis-Philippe duc d’Orléans dit « Philippe Egalité »

XIXe siècle

Huile sur toile (restauration)

Ht. 61,5 cm ; L. 51 cm

Figuré en pied et en uniforme d’après le célèbre portrait de Joshua Reynolds (Collection de S.M. la Reine Elizabeth II) avec un serviteur noir tenant le cheval du prince par la bride, ce fidèle domestique de Philippe Egalité figure également sur le portrait par Nicolas-Bernard Lépicié, représentant (1774), Philippe Egalité se penchant sur le berceau de son fils au Palais-Royal.

Inscription : manuscrite « n°363 » sur le cadre ; étiquette collée sur le châssis et le cadre avec inscription manuscrite ancienne « offered by HRH the duchess of Vendôme to August ? Belmont, 27 july 1927 ».
Cadre doré

Provenance :
-Commande du roi Louis-Philippe au peintre Charles-Philippe Larivière pour le Cabinet de Travail du Roi au château d’Eu
-Louis d’Orléans, duc de Nemours
-Ferdinand d’Orléans, duc d’Alençon
-Emmanuel d’Orléans, duc de Vendôme
-Offert par la duchesse de Vendôme, née princesse Henriette de Belgique, lors du déménagement des collections de la famille d’Orléans en 1927 à Belmont House (Wimbledon, UK)

Par sa provenance, la collection des ducs de Vendôme, héritiers des peintures du roi Louis-Philippe au château d’Eu, par son sujet, par ses dimensions et par la mention sur le chassis du n°363, le tableau que nous présentons peut-être identifier comme le portrait de Philippe Egalité commandé par son fils le roi Louis-Philippe Ier au peintre Charles-Philippe Larivière en 1836 pour son Cabinet de Travail au château d’Eu, ce qu’atteste le relevé des tableaux (sujet, format) figurant au château d’Eu (1830-1848) [ill. 1] et l’inventaire des tableaux dressés au château d’Eu en 1848-1850 (n° d’inventaire, auteur, sujet et dimensions). [ill. 2]
Des indications confirmées par le Journal des commandes et acquisitions des peintures, sculptures et gravures de 1831 à 1848 du roi Louis-Philippe qui mentionne la commande d’un « Portrait en pied du Père du Roi » au peintre Larivière en 1836. [Ill. 3]

Par rapport à la version originale de Joshua Reynolds (1723-1792), on note une différence d’interprétation dans le rendu de l’expression et de la physionomie du visage de Philippe Egalité, qui n’est pas due à un quelconque manque de talent de l’artiste mais plus vraisemblablement à une volonté de donner à Philippe Egalité une image plus sereine et positive, certainement plus conforme au souvenir que le roi Louis-Philippe gardait de son père, dont il aurait chaque matin le portrait sous les yeux lors de ses séjours au château d’Eu. Cette différence d’interprétation est intéressante car elle fut reprise sur la plupart des versions de ce portrait exécutées en France au XIXe siècle et selon toute vraisemblance elle témoigne de l’intervention du roi Louis-Philippe Ier, dont on sait l’attention portée à l’exécution de ses commandes artistiques, sur le souvenir et l’image de son père.

Ill. 1 : Détail de l’emplacement du portrait du duc d’Orléans par Larivière : Château d’Eu, 1er étage, Cabinet de Travail du Roi, in Relevé des tableaux des collections du roi Louis-Philippe Ier au château d’Eu (1830-1848), DR. ADMN.

Ill. 2 : Château d’Eu, 1er étage, n°8, Cabinet du Roi : « 1737, Larivière, 363 (5°), Duc d’Orléans +1793, 61 x 51 », in Etat des résidences du roi Louis-Philippe Ier, château d’Eu, peintures et sculptures, 1848-1850, DR. ADMN

Ill. 3 : « Larivière, 1836 Mai 17, Portrait en pied du Père du Roi » in Journal des commandes et acquisitions des peintures, sculptures et gravures de 1831 à 1848 du roi Louis-Philippe, DR. ADMN.

Larivière, Charles-Philippe (1798-1876), est un peintre d'Histoire français. Élève de Paulin Guérin, d'Anne-Louis Girodet et d'Antoine-Jean Gros, il étudia à l'École des beaux-arts de Paris dès 1813. Il obtint le second prix de Rome en 1819 puis une médaille d'encouragement en 1820. En 1824, sa composition sur le sujet de La Mort d'Alcibiade lui permit de remporter le grand prix de Rome, grâce auquel il séjourna à la villa Médicis jusqu'en 1830.
Cet artiste officiel se spécialisa dans la peinture d'Histoire. Il exposa pour la première fois au Salon de 1827 et y obtint des médailles en 1831 et 1855.
Charles-Philippe Larivière bénéficia d'importantes commandes publiques sous la Monarchie de Juillet du roi Louis-Philippe. On lui doit de nombreux tableaux de batailles et d'événements publics, des portraits de personnalités, ainsi que des toiles d'inspiration religieuse. Il travailla à la galerie des Batailles du château de Versailles et au musée d’Histoire de France à Versailles créé par le roi Louis-Philippe. Charles-Philippe Larivière a aussi réalisé des cartons de vitraux pour la chapelle royale de Dreux. Certaines de ses œuvres ont été lithographiées. Il reçut les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1836.

Louis-Philippe d’Orléans (1747-1793), prince français, duc de Chartres puis d’Orléans, ayant changé son nom en Philippe Égalité après 1792, il participa au vote condamnant à mort son cousin, le roi Louis XVI, en 1793, ceci avant d’être lui-même exécuté. Descendant de Monsieur, frère du roi Louis XIV, Philippe Egalité avait pour résidence le Palais-Royal à Paris et il était le père de Louis-Philippe Ier, dernier roi des Français.

France
Paris

2500

 

retour au menu